DAMALIRE          
L'Espagne au temps de Philippe II - Collectif
La librairie spécialisée dans l'Histoire et ses personnages - 22/05/2019
     Accueil        
 Avertissement et RGPD 
     Partenariats     
     Contacts     

Consultez aussi nos: Ouvrages généraux sur les femmes

Ouvrages généraux sur les hommes

Ouvrages sur l'Histoire

Ouvrages sur des personnages contemporains

Ouvrages sur des personnages moins célèbres

Autres ouvrages

Régionalisme





Consultez le Blog Damalire

Rechercher un ouvrage concernant un personnage:
Titre : ou Auteur : ou Editeur : ou Année : ou nom du personnage :
Rechercher un personnage pour en savoir plus (photo, biographie, musée ou exposition):
son nom : son époque : son pays : sa spécificité
ou par son lien avec un grand personnage

>> Consulter nos ouvrages au sujet de :

Histoire

>> Rechercher des livres sur Histoire

M263

>> Consulter nos ouvrages au sujet de :

Philippe II d'Espagne
(1527 - 1598)

En cours d’élaboration

Philippe II, le Prudent, roi d'Espagne, fils de Charles Quint et d'Isabelle de Portugal, né à Valladolid en 1527, mort à l'Escurial en 1598. À seize ans, Charles Quint lui confiait la régence d'Espagne pendant un de ses voyages. Déclaré duc de Milan en 1540, il fut fait roi de Naples et de Sicile en 1554 lors de son mariage avec Marie Tudor, reine d'Angleterre, devint en 1555 souverain des Pays-Bas, et, en 1556, roi d'Espagne par l'abdication de son père. Philippe II posséda de très remarquables qualités de travail, d'application, de persévérance et d'habileté diplomatique. Mais il voulut être, en face de la Réforme, le champion armé du catholicisme dans toute l'Europe. Il voulut asservir tous ses sujets pour asservir ensuite le monde avec toutes les forces de l'Espagne, sans tenir compte des signes d'épuisement que celle-ci commençait à donner.

Sa première entreprise, favorisée par l'alliance de l'Angleterre et la possession des Pays-Bas, fut dirigée contre la France. Egmont remporta sur l'armée française une brillante victoire à Saint-Quentin (1557) ; mais la reprise de Calais par le duc de Guise, et la mort de Marie Tudor, amenèrent le traité du Cateau-Cambrésis. Philippe épousait une fille du roi de France, et les Français abandonnaient l'Italie. Pendant trente ans, Philippe assista de loin à l'agonie de la maison de Valois. En 1590, son lieutenant Farnèse obligea Henri IV à lever le siège de Paris. En 1593, les Etats de la Ligue donnaient la couronne à l'infante Isabelle-Claire, mais l'énergie du Parlement, la conversion d'Henri IV, le réveil du sentiment national, ruinèrent les plans du roi d'Espagne. Après une dernière guerre, Philippe, découragé, signa le traité de Vervins (1598), sur les bases du traité du Cateau-Cambrésis.

L'Angleterre, qu'il avait un instant gouverné, le tentait. Il chercha à épouser Elisabeth ; repoussé par elle, il se retourna vers la France, mais les rapports entre l'Espagne et l'Angleterre devinrent de plus en plus hostiles, jusqu'au jour où Philippe s'annonça comme le vengeur de Marie Stuart et envoya à la conquête de l'Angleterre l'invincible Armada, dont l'échec consomma la ruine de la marine espagnole.

Les Pays-Bas étaient le plus beau domaine de l'Espagne en Europe. L'avidité et l’intolérance de Philippe les soulevèrent contre lui (1572). Le duc d'Albe, don Luis de Requesens, don Juan d’Autriche, Alexandre Farnèse, ne purent réprimer cette révolte de tout un peuple. L'assassinat de Guillaume d'Orange ne termina pas la lutte. Philippe dû finir par céder à sa fille Isabelle-Claire les provinces du sud, dévastées par trente ans de guerre (1598).

Sur un seul point, Philippe réussit. Le roi de Portugal, dom Sébastien, était mort dans la défaite d’Alcazar-Kébir (178), laissant toute son armée morte, ou prisonnière aux mains des Marocains. La couronne revint au cardinal dom Henri et, à la mort du prélat, Philippe II se mit en devoir d'occuper le royaume. Le duc d'Albe écrasa à Alcantara l’armée du duc de Crato. Le 16 avril 1581, Philippe était reconnu roi de Portugal.

>> Rechercher des livres sur Philippe II d'Espagne